Page d'accueilversion françaiseUnder construction
Recherche par PRODUIT ou MATIERE
Commander


prix discount




Easyasiashopping
teck

bambou
mobilier
meuble
décoration
easy asia shopping
prix discount

  Informations complémentaires

LES FINITIONS DU PARQUET

 Le liant
L’utilisation d’un liant se fait avant toutes les autres finitions et vous permet de combler les petits jours entres les lames ainsi que certains joints disgracieux autours des tuyaux de chauffage. La mise en œuvre s’apparente à celle d’un enduit que vous pourriez faire sur votre mur, le plâtre est remplacé par de la sciure et l’eau par le liant. Selon que vous souhaitez un mélange plus ou moins liquide, ajoutez au liant 20 à 50% de sciure issue du second ponçage, mélangez et appliquez la pâte obtenue dans les jours à combler. Le mélange sèche très rapidement aussi pour une grande surface procédez petit à petit. Le liant est prêt à poncer une heure après, le résultat est surprenant pour une technique aussi simple d’utilisation.

 Le bouche pores
Le bouche pores, fond dur, primaire ou encore « sealer » est une technique visant à préparer le parquet avant de recevoir une couche de finition, vernis ou encaustique. Il s’agit d’une sorte de vitrificateur beaucoup plus dilué dont le rôle va être de boucher les pores du bois afin de faciliter l’adhérence et l’homogénéité de la couche de finition. Le fond dur est incolore mais rehausse par son action la teinte du bois en lui donnant plus de chaleur et de patine. Son application se fait au rouleau ou à la brosse large (spalter) dans le sens de la fibre et son séchage est rapide. En séchant, le fond dur tend à relever les pores du bois c’est pourquoi un égrenage est recommandé avant l’application de la couche de finition.

 Les teintes
Nous entendons par teinte toute application d’un produit visant à altérer la couleur d’un bois sans pour autant masquer son veinage, plus le bois d’origine est clair, meilleur est le résultat. Il ne faut pas confondre teinte et lasure, la teinte se fait dans la masse tandis que la lasure reste en surface comme un vernis. On distingue plusieurs types et qualités de teintes, allant des teintes naturelles aux teintes synthétiques, des teintes de couleurs aux teintes de patines. Pour les teintes naturelles on utilise souvent le brou de noix pour foncer un parquet ou encore des pigments naturels mélangés à de l’eau pour changer de tonalité. Ces teintes apportent l’avantage de respecter la nature du bois en jouant sur sa tonalité mais restent cependant plus limitées en terme de choix que les teintes synthétiques. Dans les teintes synthétiques on distingue les couleurs et les tonalités, les couleurs vous permettent toutes les fantaisies, votre parquet peut ainsi devenir vert pastel ou rose bonbon, les tonalités cherchent à s’approcher d’une essence de bois précise comme l’acajou ou le teck. Enfin, on trouve des patines qui sont de très légère teinte dont le but est de rehausser le bois pour lui donner un aspect plus noble et vieilli, les patines sont très utilisées en restauration. L’application d’une teinte se fait pure ou diluée dans le sens du bois au moyen d’une brosse large ou d’une mèche en coton. Pour obtenir une teinte plus discrète il convient d’essuyer la teinte au fur et à mesure de son application avec un chiffon non pelucheux.

 Le cérusage :
C’est une tendance décorative qui revient à la mode, son principe est simple et consiste à blanchir le bois au moyen d’une pâte à céruser. On utilise cette technique sur des bois bruts dont le veinage est marqué et plus particulièrement sur le chêne afin d’obtenir un effet de contraste. On procède en ouvrant tout d’abord les pores du bois par un brossage dans le sens du fil puis on applique la céruse sur le bois au moyen d'une mèche de coton. Après séchage on essuie l’excédent, la céruse reste alors dans les fils bois faisant ainsi ressortir son veinage. Il est possible, afin d’accentuer le contraste, de procéder à une mise en teinte du parquet avant d’effectuer le cérusage. Lorsque vous avez atteint l’effet désiré vous pouvez vernir ou cirer.

 Le ponçage :
Le ponçage est une opération délicate et nécessaire qui prépare votre parquet à recevoir un produit de finition. Mais avant de commencer prenez soin de protéger de la poussière les pièces voisines du chantier, car de la poussière, il va y en avoir ! …

 Pourquoi poncer un parquet ?
Pour commencer il convient de rappeler que l’on ne ponce que les parquets massifs ou contrecollés bruts et en aucun cas les revêtements stratifiés ou les parquets contrecollés vernis en usine. Le ponçage permet tout d’abord de sécuriser le parquet car il élimine les petits écarts de hauteur entre les lames (en particulier pour les poses clouées) et supprime les échardes. Ensuite, un bon ponçage permet de débarrasser le bois de toute souillure superficielle. Enfin, un ponçage fin en dernier lieu lisse le grain du bois et permet d’obtenir une surface homogène pour l’application d’un produit de finition.

 Comment poncer un parquet ?
Le ponçage s’effectue en trois passes avec un grain de plus en plus fin, le dernier passage doit se faire dans le sens du fil du bois pour le cas d’un parquet posé à l’anglaise ou dans le sens de la lumière pour les motifs non parallèles comme les mosaïques. Les deux premiers ponçages vont se faire au moyen d’une ponceuse à tambour que l’on peut louer dans un magasin spécialisé. Cette ponceuse est très lourde ( 50kg au minimum, ce qui lui permet de rester toujours en contact avec la surface à poncer) et d’un maniement difficile, une demi seconde au même endroit et vous avez un trou dans votre parquet ! A moins d’avoir une bonne maîtrise du ponçage nous vous conseillons de faire appel à un professionnel pour cette opération délicate. Le premier ponçage se fait avec un gros grain (36 à 50) et permet de supprimer les petites irrégularités du parquet ainsi que d’éventuelles tâches. Le second ponçage se fait avec un grain plus fin (60 à 80) son but est de préparer la surface au ponçage de finition, il se fait dans le sens du bois. Avant de passer au dernier ponçage on peut appliquer un liant sur le parquet. Le dernier ponçage se fait avec une ponceuse mono brosse avec un grain très fin (100 à 120), plus le grain sera fin et plus la surface sera lisse. L’utilisation de ce type de ponceuse demande un réel savoir-faire dont dépend la qualité de la finition. En effet, les petits défauts de ponçage, à peines visibles à l’œil, ressortiront immédiatement lors de l’application d’un vernis par un effet de loupe. Pour poncer les contours de la surface ainsi que les endroits difficiles d’accès on utilisera une petite ponceuse à disque légère et maniable appelée bordeuse en conservant les mêmes grains d’abrasion. Entre chaque ponçage une aspiration est nécessaire, pensez à récupérer la sciure du deuxième ponçage pour la matière de votre liant. Après le dernier ponçage une aspiration complète de la pièce est recommandée (sol, murs, huisseries, …). Un conseil, gardez les sacs de sciure et lorsque vous passerez votre vernis vous saurez où vider l’excédent.


 Le vernissage :
Le vernissage ou vitrification apporte au parquet une protection résistante, stable et durable à votre parquet. Le vernis se décline en mat, satiné ou brillant il peut être appliqué sur la lame dès l’usine ou réalisé sur le parquet brut après le ponçage.

 Le vernis usine
Ce type de vernis est appliqué sur la lame avant la pose du parquet en sept à neuf couches très fines successivement séchées dans un four à UV. Les parquets vernis en usine sont homogènes et très résistants, plus chères à l’achat ils vous dispensent en revanche des opérations de ponçage et d’égrenage. Cependant, nous ne saurions trop vous conseiller d’appliquer une couche supplémentaire de vernis sur les lames une fois posées pour éviter les infiltrations d’humidité entre les lames. De plus, l’utilisation de ce type de parquet vous impose d’avoir un support sans le moindre défaut ainsi qu’une pose irréprochable. Dans le cas contraire il peut y avoir des écarts entre les lames qui nécessiteront un ponçage de rattrapage ou un liant, ce qui n’est pas ce que vous aviez prévu lors de l’achat de votre parquet pré-vernis.

 Les vernis sur bois brut
On distingue trois familles de vernis pour les parquets en bois brut :
Les vernis urée formol sont souples et très résistants, ils conservent la teinte du bois au fil des ans. Ils se présentent sous deux composants, un vitrificateur et un durcisseur à mélanger avant l’application. Le séchage est de 12 heures entre chaque couche et le vernis durcit à cœur en 5 à 10 jour selon les conditions atmosphériques. Ce type de vernis tant à ne plus être utilisé en raison de sa très forte toxicité (irritant pour les voies respiratoires, provoque des allergies et serait cancérigène)
Les vernis polyuréthanes sont les plus utilisés, ils sont tout aussi souples et même plus résistants que les vernis urée formol ils sont aussi plus cher. Attention, les vernis polyuréthane tendent à jaunir avec l’âge. Il existe des vernis polyuréthanes mono composant et bi-composant leurs propriétés restant sensiblement identiques.
Les vernis acryliques sont les plus récents ils possèdent les mêmes propriétés que les vernis polyuréthanes avec en plus l’avantage d’être sans odeur. Seulement, ces vernis sont nettement plus onéreux.

 L'application du vernis
Avant de commencer, votre pièce doit être parfaitement dépoussiérée et propre, les travaux annexes doivent être terminés, la pièce doit être à une température supérieure à 12°C et le bois à moins de 10% d’humidité. L’application du vernis se fait à la brosse ou au rouleau en deux voire trois couches, on procède à un égrenage entre chaque couche. Pour bien faire il convient de croiser les passes de vernis en terminant toujours la dernière passe dans le sens de la fibre ou de la lumière. Le long des murs on utilisera de préférence le spalter pour un travail plus soigné en prenant garde à ne pas ramener d’impuretés sur la brosse.


 Les encaustique :
Le principe d’encaustiquage consiste en l’application d’un corps gras imperméabilisant et protecteur sur le parquet, on utilise pour cela de la cire, de l’huile ou encore de l’huile-cire.

 La cire
La cire est la finition traditionnelle des parquets elle donne au bois un lustre et une patine incomparable, on garde tous en mémoire l’odeur du parquet fraîchement ciré même si cette odeur est parfois associée aux patins de feutre et autres corvées dominicale … Contrairement aux idées reçues la cire n’est pas un produit naturel, c’est un mélange de plusieurs résines synthétiques auxquels on peut rajouter de la cire d’abeille en proportion variable. On utilise de moins en moins de cire chauffée principalement en raison des progrès accomplis par les fabricants qui aujourd’hui proposent des cires liquides à froid parfaitement adaptées, fluides et applicables dès la sortie du bidon. L’application de la cire se fait en une seule couche, très grasse, au rouleau ou à la brosse, il est important de travailler à une température supérieure à 12°C car en dessous la cire va se figer et ne pourra plus être étalée. Cette couche de saturation est hors poussière en deux à quatre heures mais il faut attendre une journée avant d’entamer le polissage. Celui-ci se fait à la monobrosse pour un résultat parfaitement homogène et surtout beaucoup plus rapide qu’à la main. La cire convient à tous les types de bois et toutes les essences, cette finition apporte un cachet indéniable et une odeur magique à votre intérieur. Cependant, un parquet ciré se tache facilement, s’encrasse et perd rapidement de son lustre dans les zones de passage pensez à investir dans une monobrosse car l’entretien est très régulier et très contraignant. Alors maintenant vous comprenez votre grand mère…

 L'huile
L’huile pour parquet imprègne la surface du bois et la protège contre la poussière et l’humidité. Il n’est pas de finition plus efficace pour protéger le bois de l’humidité, à condition de l’appliquer régulièrement, c’est pour cette raison que l’on trouve des parquets huilées dans les pièces d’eau. On peut huiler du parquet brut ou encore poser du parquet pré-huilé en usine mais cette précaution ne dispense pas d’un huilage de finition une fois le parquet posé. On distingue les huiles synthétiques (uréthane), incolores ou teintées, des huiles végétales ou biologiques (huile d’oléagineux) ; l’application est sensiblement identique. L’huile s’utilise généralement pure et s’applique en deux couches espacées d’un temps de séchage de 24 heures. La première est la couche de saturation, elle est épaisse et se passe au rouleau ou à la brosse dans le sens de la fibre, cette couche donne la protection au bois. La seconde couche lui apporte le lustre, elle s’applique fine au moyen d’une monobrosse par la méthode spray. La deuxième couche sèche en 24 heures mais veillez à ne pas couvrir le sol avant une bonne semaine pour éviter toute décoloration. Attention, après application de l’huile, veillez à bien nettoyer immédiatement vos ustensiles textiles afin d’éviter tout risque d’auto-inflammation.

 L'Huile cire
Cette finition est un compromis entre les deux précédentes elle apporte au parquet une protection contre la poussière et l’humidité et lui donne également un aspect plus patiné à la manière d’une cire. Son application en deux couches est identique à celle d’un parquet huilé.









Copyright 2006 @ Easy Asia Shopping